Au bois dormant - Boileau & Narcejac

Publié le par Mivava

Quatrième de couverture :
41NVKZTQT4L._SL500_AA300_-copie-1.jpg
Dans les brumes bretonnes se dresse le majestueux château de Muzillac, passé aux mains de la famille Herbeau après la Révolution. De retour d'exil en 1818, le comte Aurélien de Muzillac fait le vœu de récupérer le château familial. Or le baron Herbeau a une fille aussi belle que mystérieuse... Une histoire de revenants aussi subtile qu'efficace par les écrivains qui inspirèrent à Clouzot et Hitchcock leurs plus grands films.


Mon avis :

Cette novella à quatre mains m’intriguait franchement, la quatrième de couverture est très tentante et ce genre d’univers avait tout pour me plaire. De plus, comment résister à cette collection à 2€ ? La novella a-t-elle tenu ses promesses.

Et bien j’ai apprécié, mais sans être conquise et je ne sais pas si je vais longtemps garder souvenir de cette lecture. Je dois avouer que, sans que je sache réellement pourquoi, je suis restée extérieure tout au long de ma lecture, surement en grande partie à cause du si petit nombre de pages. J’ai aussi repensé à La dame pâle lu il y a peu de temps, un peu la même narration dans le sens où tout le récit est raconté, le château isolé et ses mystérieux habitants … Mon avis sera sans doute un peu court car je ne sais pas trop quoi en dire, ce n’est pas une mauvais lecture, loin de là, mais je sais que je n’en garderais pas un souvenir impérissable. J’ai tout de même été très intriguée et, si je ne me suis pas attachée au protagoniste, il m’a, en tout cas, intéressé au plus haut point. La novella date de la seconde moitié du XXème siècle et, pourtant, l’impression de lire un texte bel et bien écrit au XIXème siècle est saisissante.

Cependant, la plume, bien que très agréable, m’a laissé relativement indifférente. Je pense que j’aurais adoré si le nombre de pages avait été plus grand. L’auteur aurait ainsi pu prendre le temps de développer son histoire et ses personnages beaucoup mieux. Le personnage de Claire m’a tout de même plu et le tout m’a un peu fait repenser à Carmilla. Par certains aspects seulement mais ça m’est passé par la tête bien que Carmilla avait été un petit coup de cœur quand, là, je reste mitigée. Cependant, l’atmosphère du château est très réussie et j’ai beaucoup apprécié, moi aussi, me perdre avec le narrateur dans de nombreux recoins. La fin est aussi très surprenante, revenir à l’époque contemporaine grâce à une narration enchâssée rajoute un charme supplémentaire au récit. De plus, l’explication d’Eliane m’a beaucoup plu, plausible mais cependant laissant à l’histoire sa part énigmatique et son petit côté fantastique XIXème qui ne peut assurément que nous envoûter.

La nouvelle bien que mystérieuse et plutôt bien écrite aura manqué d’un petit quelque chose pour ma part. Un récit un peu plus fouillé m’aurait sans aucun doute convaincu davantage.  Je reste cependant curieuse de lire d’autres  textes de ces deux auteurs.

Publié dans Folio 2€

Commenter cet article

Sharon 06/08/2012 10:28


Je ne suis pas tentée : je n'ai que très peu de souvenirs de mes lectures de Boileau-Narcejac.

Mivava 07/09/2012 16:20



Hahaha pour tout te dire je n'en ai aucun de celle-ci. Et pour tout te confier quand j'ai trié et rangé mes livres pour séparer ma PAL du reste j'étais certaine que je n'avais pas encore lu
celui-là ... il m'a fallu voir que j'avais fait un avis dessus pour m'en rappeler. Dans le genre marquant ... Je crois que c'est la première fois que j'oublie que j'ai lu un
livre