Millenium, T.2 : La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette - Stieg Larsson

Publié le par Mivava

Quatrième de couverture :
51N-Gb62GOL._SL500_AA300_-copie-1.jpg
Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millenium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l’Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n’est pas ce qu’on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millenium. Pire que tout, la police et les médias traquent bientôt Lisbeth, coupable toute désignée et qu’on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé. Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d’un maniaque et qui survivait en rêvant d’un bidon d’essence et d’une allumette ? S’agissait-il d’une des filles des pays de l’Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ?

Mon avis :

Après mon emballement pour le premier tome et le caractère addictif de ce dernier, il était carrément impossible de ne pas lire la suite et très difficile de ne pas me jeter sur le second tome à peine le premier fini. La seule chose qui m’a empêché d’enchaîner les tomes a été la peur de la déception. Mais bon, cela ne m’a pas retenu bien longtemps et quand j’ai eu l’occasion de faire une lecture presque commune de vacances avec Eli’ la question ne s’est plus posée.

Déception ? Pas déception ? Inutile faire durer un pseudo suspense : je n’ai pas eu la déception tant redoutée même si j’ai un peu moins apprécié ce tome que le premier. Pour les fanas du « couple » Mikael-Lisbeth, ce tome peut en effet être un peu (plutôt beaucoup) frustrant. Stieg Larsson fait parti de ces auteurs avec lesquels il faut se laisser porter et surtout pas attendre un élément particulier de l’intrigue (sous peine de passer le roman à attendre ...). Je l’avais fait pour le premier tome, j’ai réitéré : j’ai simplement savouré l’intrigue sans hâte particulière et sans rien en attendre et je pense que c’est justement ça qui m’a permis de ne pas être déçue et d’apprécier pleinement ma lecture. Malgré tout, j’ai trouvé que ce second tome comportait un peu plus de longueurs que le premier. Peut-être est-ce du à la presque absence du duo Mikael-Lisbeth qui donnait énormément de saveur tome précédent. Je suis en revanche contente du fait que Erika ne soit pas trop présente puisque c’est ce que je craignais, sachant que c’est un personnage que je n’apprécie pas (non cela n’est absolument pas du à un total et aveugle parti-pris pour Lisbeth. Non.). Lisbeth d’ailleurs est très présente dans ce tome et j’ai évidemment adoré ça puisque c’est un peu un de mes personnages préférés de tout les temps. On en apprend plus sur son passé qui restait jusque là plus que mystérieux et cela ne nous rend le personnage que plus génial et touchant encore. Toujours aussi morale (morale à la Lisbeth hein) et plus forte que jamais, elle nous apparaît toujours plus paradoxale.

Si le personnage de Lisbeth est à mille facettes et admirablement bien construit, j’ai par contre trouvé que Mikael était un peu fadasse. L’auteur essaye de lui attribuer un côté « homme à femmes » qui, je trouve, ne lui va pas du tout et n’est pas très crédible ; il reste sympathique tout de même. Et surtout … Mimmi prend une place beaucoup plus importante dans ce second tome pour mon plus grand plaisir. On retrouve les petites touches que l’auteur dissémine au fil des pages et il fait toujours mouche pour ma part. Les réactions de Lisbeth me font toujours autant rire, certains passages sont franchement énormes. On la sent à la fois très fragile et comme invincible et on peut dire qu’elle est des fois franchement alien ; l’auteur exploite à merveille son caractère « associal ».  J’ai adoré les mails, les passages avec Palmgreen ou encore Roberto le super boxeur. Les magnats de la finance laissent cette fois place au trafic de femmes et j’apprécie beaucoup le caractère engagé des trames de Larsson. Encore une fois, les violences faites aux femmes prennent une importance toute particulière. L’intrigue prend un peu plus de temps à se mettre en place et, si elle est un peu moins « engluée » que celle du premier tome j’ai trouvé qu’elle aurait pu être un peu plus poussée. Pas qu’elle soit légère ou pas aboutie mais je pense qu’elle aurait pu être exploitée plus en profondeur, surtout vu le nombre de pages que comporte le roman. La fin m’a aussi un peu déçue, trop hollywoodienne à mon gout. Elle m’a semblée un peu rapide et pas d’une folle crédibilité.

Quelques bémols par ci par là donc, mais cela n’entache pas mon enthousiasme pour la saga. Je vais me procurer le troisième tome dés sa sortie en poche en espérant que l’auteur se rattrapera doublement sur les moments Mikael-Lisbeth. J’ai également hâte d’être à la sortie du deuxième film version américaine, même si je m’interroge un peu sur la façon dont le réalisateur va exploiter cette absence de réels moments à deux pour les protagonistes sans frustrer le spectateur.

Publié dans Polars - Thrillers

Commenter cet article

sybille 16/10/2012 21:06


J'ai le tome 1 dans ma bibliothèque, il faut que je me lance !

Mivava 17/10/2012 20:46



Vas y ! Cette série est super ! Et puis c'est un bon moyen de libérer sa PAL d'un pavé  Je n'ai pas vu le film
suédois mais si tu n'as pas vu la version américaine de Fincher je ne peux que te la conseiller j'avais adooooré !