Une femme simple et honnête - Robert Goolrick

Publié le par mivava.over-blog.com

 

Quatrième de couverture :
 
Wisconsin, automne 1907. Sur un quai de gare, Ralph Truitt, magnat local craint et respecté, attend un train en retard alors que se lève le blizzard. Ce train renferme son dernier espoir, 51SBEQN-VFL. SL500 AA300une promesse de bonheur et d'harmonie retrouvée. Truitt a fait passer plusieurs mois auparavant une annonce dans un journal de Chicago, disant qu'il était à la recherche d'une femme fiable, ayant renoncé aux illusions romantiques, mais sachant apprécier le confort d'un foyer.

Dans le train, Catherine Land s'apprête à le rencontrer. Elle lui a répondu qu'elle était cette femme simple et honnête qu'il appelait de ses voeux. Pour mieux l'en convaincre, elle se débarrasse de ses derniers atours de courtisane et se déguise en cette épouse modèle qu'elle compte bien incarner à la perfection, le temps de parvenir à ses fins.



Mon avis :

Un aveu pour commencer : passé les 100 premières pages, j’ai lu le roman en diagonale parce que mon caractère obstiné m’obligeait à ne pas abandonner et à finir ce livre. J’avais beaucoup aimé la couverture et c’est ce qui m’a poussé à lire ce livre. Je me serais abstenue ça aurait été aussi bien.

On aura compris, je n’ai pas apprécié ce roman. L’ambiance du début m’avait pourtant bien plu : le Wisconsin enneigé donnait un petit air de huit-clos au roman, mais après, l’auteur a voulu se détourner du roman sentimental type en créant une histoire rocambolesque. Je pense que j’aurais préféré lire un roman d’amour assumé avec quelques clichés comme le début le présageait.

Le style est pourtant plutôt bon sans être extraordinaire, mais les pages de description et les délires et obsessions de Ralph Truitt m’ont vite lassée. De plus, je n’ai ressenti aucune empathie pour les personnages. Donc, un roman vite finit pour vite passer au suivant.
Je n’ai pas été emportée : « Ces choses-là arrivent. »

Commenter cet article