Les murmures du versant - Philippe Cortay

Publié le par Mivava

Quatrième de couverture :
41mu4OloX1L. SL500 AA300
Un bel hommage aux anciens des villages de France qui sont de véritables sources de connaissance pour les jeunes générations.
Jean est un jeune professeur d'ébénisterie et un passionné de la nature vivant dans les Alpes françaises. Ses souvenirs le ramènent sans cesse à son histoire familiale telle qu'elle lui a été racontée par son grand-père, Jeannot Deschamps. L'Ancien sait tout de l'Alpe, de l'histoire du pays, du temps qu'il va faire, des mœurs du chamois, des habitudes de la truite fario. Avec lui, Jean apprend l'art subtil de la pêche à la mouche, de la chasse et s'enrichit par les voyages livresques que lui procurent les grands écrivains. Ce retour aux sources permettra à Jean de découvrir la vie de ses aïeux, le sens de la vie, des vraies valeurs et du lien qui unit les Hommes à la nature.


Mon avis :

Voilà un étonnant roman qui se glisse dans mes chroniques habituelles. Je l’ai reçu grâce aux éditions Les nouveaux auteurs qui m’en ont envoyé un exemplaire en partenariat et que je remercie d’ores et déjà pour cette très bonne surprise. Les romans du terroir, prônant nature, chasse et pêche ne sont pas ma tasse de thé ou en tout cas pas ce vers quoi je me dirige mais j’ai passé un très, très bon moment.

Comme je disais, j’aurais vu ce roman en librairie, il y aurait eu peu de chances pour que je l’achète ou même que je lise la quatrième de couverture et j’aurais eu sacrément tort. Mes peurs de ne pas accrocher se sont dissipées dés les premières pages. On sent tout de suite une certaine poésie dans la plume de l’auteur et un évident amour de la nature. La plume de l’auteur donc ! Elle m’a tout simplement charmée, j’avoue que j’aurais du mal à expliquer clairement pourquoi Le roman est vraiment bien écrit, le style est fluide, pas ampoulé et l’auteur fait de très belles descriptions mais sans autant alourdir le récit, ce qui était ce que je redoutais le plus. Dans la première partie du roman, les soixante premières pages, je me suis demandé quelle histoire l’auteur voulait nous raconter et puis je suis arrivée à la seconde partie et c’est à partir de là que le roman m’a vraiment convaincu. L’auteur remonte le temps, en pleine seconde guerre mondiale, après la capitulation française. On découvre donc ce petit village des Alpes sous l’occupation avec ses collabos, ses résistants et puis les autres …

Moi qui adore l’Histoire et qui lit de plus en plus d’ouvrage sur cette période, ça m’a tout de suite passionnée, j’avais vraiment l’impression de le vivre de l’intérieur. L’auteur retourne ensuite dans le présent mais ça ne m’a pas moins plu pour autant. On passe d’une génération à l’autre, la relation qui unit le petit-fils et son grand-père. On s’immerge dans la vie pas banale des habitants de ce petit village, une vie pleine de péripéties et de secrets de familles. J’ai vraiment trouvé que le roman ne comportait pas de longueur, la preuve il ne m’a fallut que deux jours pour le lire. Pas d’intrigue haletante, ni de suspense intenable et pourtant l’auteur a su suffisamment m’intéresser pour que j’aie du mal à lâcher le livre. Les pages se tournent vraiment toutes seules et j’ai pris un grand plaisir à voir les mots défiler. La dernière phrase de l’hors-propos, pleine de sens, clôture parfaitement le roman : « Ceux-là pourtant, savent qu’il vaut mieux être qu’avoir … » J’ai donc été complètement convaincue alors que je ne m’y attendais pas et que le thème ne m’intéressait pas de prime abord, l’auteur a donc un encore plus grand mérite.

Un roman qui nous montre que le savoir des anciens est infiniment plus précieux que les médias d’aujourd’hui et qui rend bien hommage à la nature … mais pas que. Je ne peux que le conseiller à tous et il est fort probable que je lise le prochain roman de ce Monsieur Cortay puisque j’ai passé d’excellentes heures de lecture, même trop courtes à mon goût.

Je remercie donc sincèrement les éditions Les nouveaux auteurs pour m’avoir permis une très belle découverte que je n’aurais pas faite sans ce partenariat.

Publié dans Inclassables

Commenter cet article

philippe cortay 12/05/2011 18:57



Merci pour cette belle critique, elle me touche beaucoup.


L'auteur des Murmures du versant



Mivava 12/05/2011 19:19



Merci à vous pour ce bon moment ! J'espère vous attirer des lecteurs et merci de votre passage