Le mystère de Roccapendente - Marco Malvaldi

Publié le par Mivava

Quatrième de couverture :

418UvVgJk-L._SL500_AA300_.jpgSituant son intrigue en Toscane en 1895, quelques décennies seulement après l'unité italienne, Marco Malvaldi signe un roman policier dans les règles de l'art. Il dresse le portrait passionnant d'un pays en pleine mutation et établit des parallèles troublants entre l'Italie de la fin du XIXe siècle et l'Italie berlusconienne. Tous les éléments du crime en chambre close sont réunis dans ce livre savoureux à plus d'un titre car son héros n'est autre que Pellegrino Artusi; l'auteur de La Science en cuisine et l'Art de bien manger (1891), ouvrage fondateur de la tradition gastronomique italienne.


Mon avis :

Je remercie d’ores et déjà les éditions Christian Bourgois et Babelio qui m’ont permis de déguster ce polar dans le cadre de la dernière opération Masse Critique. Je ne dis pas déguster par hasard car Marco Malvaldi nous livre ici un polar italien gastronomique dans la tradition du crime en chambre close. Alléchant, n’est-il pas ?

Autant dire tout de suite que mon avis sera un peu mitigé car l’apéritif, l’entrée, le plat et le dessert ne m’ont malheureusement pas tous emballé de la même façon. Le prologue m’a vraiment bien plu : l’ambiance de microcosme du château, l’introduction du contexte social avec la noblesse italienne. Seulement, l’ambiance est retombée comme un soufflé pendant quelques chapitres car j’ai trouvé que le crime mettait du temps à venir, et oui un peu impatiente la petite. Du coup, j’ai vraiment ressenti un passage à vide à ce moment mais dés l’annonce du crime j’ai eu un regain d’intérêt ! Cela a duré plusieurs chapitres là encore et a fini par retomber (là encore aussi)  avec l’arrivé du suspect principal et meurtrier désigné. Je ne vais évidemment pas vous spoiler sur quoi que ce soit mais qu’on croit à la culpabilité du personnage ou pas, cela m’a coupé la sensation d’attente. L’auteur n’a pas misé sur un suspense haletant car c’est un polar de facture très classique, on est plus proche d’Agatha Christie que d’un page-turner. Il n’empêche que ça reste un polar et ça m’a gêné de ne pas ressentir cette tension, cette envie de savoir. Du coup j’ai déploré quelques longueurs jusqu’aux derniers chapitres où j’ai à nouveau été prise dans le roman. J’ai donc un peu fait les montagnes russes, d’où le côté mitigé.

J’aurais aussi aimé qu’on sente plus le côté isolé du château, l’auteur n’a pas du tout pris le parti de créer un fond un peu gothique et le cadre aurait pu être mieux exploité. Ceci-dit, on a du coup un roman beaucoup plus pétillant et pleins de saveur où l’on sent que c’est bien chacun de nos sens qui vont nous permettre de résoudre le mystère. Le roman est parsemé de petites touches d’humour qui, si elles ne nous font pas éclater de rire, nous font malgré tout sourire et maintiennent bien l’intérêt du lecteur. J’ai personnellement eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages, à part Cecilia, aucun n’a vraiment mes faveurs. On ne sait rien d’eux, leurs traits de caractères ne sont pas dressés donc leur sort me laissait un peu indifférente. Un peu dommage quand ce qui marche le mieux dans un polar c’est d’être pris par les sentiments, l’empathie va de pair avec le suspense. Même d’un point de vue très extérieur, j’ai par contre beaucoup apprécié les relations entre les différents personnages. On est à la toute fin du XIXème siècle, à un tournant de l’histoire et il y a un côté un peu désuet qui me charme toujours qui s’installe, mêlé au côté aristocratique de la famille, ça m’a bien plu.

Malgré un avis en demi-teinte car l’intérêt n’était là que par vagues c’est donc tout de même une bonne découverte car d’autres éléments m’ont permis de passer outre le petit ennui qui me gagnait parfois. Pour résumer : un polar pas transcendent mais sympa pour revenir aux bons vieux classiques du genre en ajoutant une petite touche décalée puisque la gastronomie vient pointer son nez.

Publié dans Polars - Thrillers

Commenter cet article

Elinor 02/07/2012 22:08


Bravooooooooo pour cet article ! Déjà parce que tu as eu le courage de l'écrire (aha) et en plus parce qu'il est super sympa à lire avec tes touches gastronomique ! Quelle harmonie avec le livre
!


Les côtés italien et gastronomique m'attirent pas mal, mais ton avis n'est pas assez enthousiasme pour faite augmenter ma PAL. 

Mivava 03/07/2012 12:25



Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 
T'en fais pas va, je t'aurais peut-être avec le prochain, ou un autre encore .. ce n'est qu'une question de temps Muahahahaa !!