La citation du Jeudi {°8}

Publié le par Mivava

C'est parti de chez Chiffonnette
1641403885.2

41VnXzP2KXL._SL500_AA300_.jpg« Nos existences sont si peu de choses, offertes et perdues pour si peu, simples étincelles dans l'éternelle obscurité, ombres fugitives sur un mur. » Le Résurrectionniste - James Bradley

Quatrième de couverture :

Londres, 1826. Le jeune Gabriel Swift, fraîchement débarqué de province, entre en apprentissage chez l'éminent chirurgien Poli, chercheur visionnaire qui dissèque les cadavres afin de comprendre la nature de l'être humain. Pour lui et quelques autres pionniers, le progrès scientifique est à ce prix : l'opprobre d'une société qui n'est pas encore prête à lever l'un de ses plus anciens tabous. Pour se procurer les cadavres nécessaires, Poil est obligé de composer avec des " résurrectionnistes ", des pilleurs de cimetières, sombres trafiquants de chair morte et maîtres de redoutables organisations criminelles, que Gabriel apprend à connaître. Mais au fur et à mesure qu'il explore la grande ville, le jeune homme s'y égare. Finalement pris au piège de Lucan, Némésis de son protecteur et puissant résurrectionniste, il se laisse à son tour corrompre. Commence alors une terrifiante descente aux enfers dans les bas-fonds d'une métropole monstrueuse. Premier roman publié en français de l'écrivain australien James Bradley (né en 1967), Le Résurrectionniste, authentique thriller gothique, frappe d'emblée par sa noirceur, son lyrisme et sa puissance d'évocation de Londres au début du siècle. Récit initiatique, réflexion sur la mort et la morale, ce roman subtil et sensuel, dans la droite ligne des grands classiques de Mary Shelley et Robert Louis Stevenson, est déjà un triomphe en Grande-Bretagne.

Publié dans La citation du Jeudi

Commenter cet article

Anne(De poche en poche) 08/03/2011 16:52



Je ne connais pas ce livre mais ce passage est très beau.



Mivava 08/03/2011 17:53



Oui, c'est un livre que j'avais beaucoup aimé, je te le conseille d'ailleurs. Le roman est plus sombre que poétique mais ce passage m'avait tapé dans l'oeil.