La citation du Jeudi {°11}

Publié le par Mivava

C'est parti de chez Chiffonnette
1641403885.2
51QHDJG2VHL. SL500 AA300« Quelqu’un a dit un jour que se demander simplement si on aime est déjà la preuve qu’on a cessé d’aimer. » L’ombre du vent - Carlos Ruiz Zafon p.194


Quatrième de couverture :
Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers.

Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

Publié dans La citation du Jeudi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne 26/03/2011 16:06



J'ai hâte de le lire car je le vois assez souvent dernièrement sur la blogosphère ; LC prévue le 18 juillet pour moi, c'est encore loin, ça !!



Mivava 26/03/2011 19:57



J'avoue que j'ai surtout hâte de le finir, pas qu'il ne me plaise pas mais bon ... Bonne lecture alors