L'étrange Dr. Cole - Eve Silver

Publié le par mivava.over-blog.com

Quatrième de couverture :
510yK3ArcNL. SL500 AA300
Darcie Finch a tout juste vingt ans quand elle pousse la porte d'un bordel dont la tenancière n'est autre que sa sœur Abigail. Ce n'est pas son talent de dessinatrice qui la fera vivre, alors elle est prête à tout elle aussi, puisque c'est cela ou mourir. Mais sa sœur la renvoie aussi sec : " Va voir le Dr Cole de ma part, seulement méfie-toi de lui : il est dangereux ! " En effet, il est inquiétant, ce médecin aux yeux gris qui accepte d'engager Darcie comme bonne à tout faire. Quelles sont ces recherches qu'il mène, dans le secret de son laboratoire ? Cela a-t-il un rapport avec les meurtres commis dans les bas-fonds de Londres ? Malgré sa peur, Darcie se sent de plus en plus fascinée par cet homme, qui est peut-être un fou... peut-être un génie... ou peut-être l'homme de sa vie.



Mon avis :

Un roman que j’avais commencé il y a quelques mois. J’en avais lu une trentaine de pages mais il ne correspondait pas à mon humeur du moment. Je donc décidé de le reprendre et grand bien m’a fait ! C’était exactement ce dont j’avais besoin en ce moment.

L’histoire se déroule à Londres, supposons en 1888 car des meurtres dont les victimes sont principalement des prostituées sévissent en ville. Donc oui ! On pense tout de suite à Jack l’Eventreur, l’époque et les descriptions des meurtres s’y prêtent bien. Ensuite c’est quand même un J’ai lu Aventures et Passions donc il y a de la romance. On apprend au fur et à mesures les secrets de Darcie et Damien. L’auteur multiplie les faux semblants et on voit que la vérité est souvent loin d’être ce qu’on croit. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire et le premier chapitre n’est pas très accrocheur mais on est emportés dans le livre dés le deuxième.

Un livre qui m’a bien plu, tout d’abord pour son ambiance sombre : le Londres de Jack l’Eventreur, et pour son intrigue : un peu facile par moments mais tout de même originale. Le tout servi par une écriture fluide et simple aux mœurs du XIXe.
  

PAL.jpeg

Commenter cet article