L'armée des ombres - Joseph Kessel

Publié le par Mivava

 

Quatrième de couverture :
41QYRJ91VNL. SL500 AA300 (1)
C'est à Londres, en 1943, que joseph Kessel, conteur inégalable et premier chroniqueur de notre temps, a écrit "L'armée des ombres", qui n'est pas seulement l'un de ses chefs-d’œuvre mais le roman-symbole de la Résistance que l'auteur présente ainsi : "La France n'a plus de pain, de vin, de feu. Mais surtout elle n'a plus de lois. La désobéissance civique, la rébellion individuelle ou organisée sont devenues devoirs envers la patrie [...] 
Jamais la France n'a fait guerre plus haute et plus belle que celles des caves où s'impriment ses journaux libres, des terrains nocturnes et des criques secrètes où elle reçoit ses amis libres et d'où partent ses enfants libres, des cellules de torture où malgré les tenailles, les épingles rougies au feu et les os broyés, des Français meurent en hommes libres. 
Tout ce qu'on va lire ici a été vécu par des gens de France."



Mon avis :

Un livre sur lequel j’ai avis mitigé, alors que je m’attendais à tout sauf à ça. A vrai dire, je ne même pas trop quoi raconter sur ce que j’ai ressenti lors de ma lecture puisque je n’ai, justement, pas ressenti grand-chose. J’aime l’Histoire, la Seconde Guerre mondiale, ce livre sur la résistance était donc un passage obligé.

Au final, j’en ressors un peu déçue, je pense que j’en attendais trop. La préface est vraiment intéressante, je l’ai même lu jusqu’au bout, ça ne parait rien mais, moi qui lit une préface jusqu'au bout, nous sommes à la limite du miracle. Elle est courte, seulement quelques pages, et montre bien les dilemmes qu’a eu Kessel pour écrire ce livre. Il nous explique notamment qu’ « Il n’y a pas de propagande en ce livre et il n’y a pas de fiction. Aucun détail n’y a été forcé et aucun n’y est inventé. » Je cite les premières lignes de cette préface car c’est très important de le savoir, ça nous permet de voir le livre comme un témoignage, ce n’est pas un roman. C’est peut-être en ça que ça m’a gêné, je ne sais pas trop. Le « roman » est divisé en 8 parties, j’ai adoré la première, la plus réussie à mon sens. Legrain est le personnage que j’ai préféré, le plus « humain » et un des seuls auquel je me suis attaché. Cette partie est celle qui m’a le plus émue et qui, à mon sens, avait le plus de puissance.

Après, c’est justement ce que je reproche au roman, j’ai trouvé que cette puissance allait en diminuant de plus en plus et, à la fin je ne l’ai plus du tout retrouvé. J’ai trouvé le livre assez répétitif au bout d’un moment et j’ai été au bord de l’ennui. Après, comme je disais, c’est un témoignage pas un roman à sensations et j’en suis bien consciente mais si la puissance romanesque n’étais pas là, le fait que ce soit un témoignage aurait du apporter la puissance du vécu. Or comme je l’ai dit, je ne l’ai sentie que dans les premiers chapitres … Loin de moi l’idée de vous décourager de lire ce livre, ça reste un livre à lire dans sa vie. Si l’écriture de Kessel ne m’a pas emporté et que je ne lui ai pas trouvé non plus une superbe folle, on ne peut lui enlever la justesse des mots. Et j’ai relevé pas moins de cinq citations dans le livre ce qui est assez énorme.

C’est vraiment intéressant de sortir le nez des bouquins de cours et des faits théoriques, là on a l’impression de le vivre et d’avoir entre les mains le récit de la vérité, de l’intérieur. C’est aussi très paradoxal quand on sait que la résistance ne représentait que quelques pourcents de la population, une toute petite minorité, on a ici l’impression que c’est le peuple entier qui résiste à l’occupant ! Ils sont partout avec une organisation presque infaillible et une force de caractère surhumaine, on peut qu’être admiratif. L’auteur fait d’ailleurs une cassure claire entre la l’Etat français de Pétain et la France. Sa France, sa France libre ! La vraie France et les résistants, ses français. On ressent vraiment une exactitude dans les faits, on sait qu’on a entre les mains, de l’information intelligente. Kessel a écrit ce livre en 1943, à Londres tandis qu’il faisait parti des Forces Françaises Libres et il a, dans le même temps, rédigé les paroles du Chant des partisans avec son neveu Maurice Druon.

Un bel hymne à la Résistance et aux Français avec un grand « F », des hommes et des femmes plein de courage, prêt à tout sacrifier pour sauver la nation. C’est un ouvrage à lire pour qui s’intéresse à cette période ou tout simplement pour comprendre, savoir ce qui s’est passé. Un livre qui nous montre toute la fierté que l’on peut ressentir pour cette France là, la vraie France, la France libre.


Ce livre rentre dans le cadre de mon challenge :
challn 

 

Publié dans Romans historiques

Commenter cet article

Bénédicte 15/08/2011 16:21



Bonjour,
L'année dernière, tu étais inscrite au challenge histoire organisé par jelydragon Elle ne le réorganisera pas cette année mais je prends le relais à partir du 01 septembre pour un an. Si tu as
encore des envies de lecture dans ce domaine rejoins nous, je serai ravie de te compter parmi les participants. Les règles ne changent pas sauf suggestions d'amélioration de la part des
participants et les inscriptions sont ouvertes dès à présent sur mon blog; A bientôt j'espère
Cordialement



Mivava 28/08/2011 11:22



Bonjour,
J'ai vu le message sur ton blog comme quoi tu ne le reprenais en fait pas. Merci de m'avoir tout de même prévenue



Shanaa 13/06/2011 17:22



Après tu en parles très très bien, tu as bien cerné le livre c'est sûr. Ton blog est très bien, j'aime bien tes articles



Mivava 23/06/2011 18:24



Décidemment, je viens de voir que j'avais un bug avec mes réponses aux commentaires, certaines ne se sont pas affichées ... A la bourre mais tout de même : Merci beaucoup ! C'est très gentil, ça
me touche vraiment 



Shanaa 13/06/2011 17:01



J'avais adoré, dommage que toi tu n'ais pas aimé plus que cela.. :)



Mivava 13/06/2011 17:05



Oui, surtout que je m'attendais plus à un coup de coeur ou à être super enthousiaste, tant pis  Contente que
tu aies aimé et merci d'être passé 



Anne Sophie 13/06/2011 15:55



je connais pas, mais j'ai bien envie de découvrir ce livre après avoir lu ton billet



Mivava 13/06/2011 16:35



Je te le conseille, surtout si tu aimes cette période, il est très intéressant 



Elinor 13/06/2011 14:50



Eh bien, il est super ton article ! 


L'avant dernier paragraphe est très prenant :)



Mivava 13/06/2011 16:34



Merci beaucoup !