Encore un jour sans massacre - Théo Diricq

Publié le par mivava.over-blog.com

Quatrième de couverture :
41tolXXw3QL. SL500 AA300
Artus est lycéen et il n’aime pas le monde morose dans lequel il vit. Ses camarades sont tartes, ses professeurs  méritent qu’on leur envoie des tomates, sa famille est composée de légumes : personne n’échappe à sa morgue. Une pincée de douceur entre pourtant dans sa vie le jour où Lola s’assoit à côté de lui en classe … Parviendra-t-il à se défaire du dégoût qu’il ressent au plus profond de lui-même pour tout l’univers et au-delà ?

Dans la veine d’un Woody Allen, un premier roman écrit sous la forme d’un journal suivant le fil d’une année scolaire. Un portrait fidèle de la condition lycéenne, où, sous des dehors burlesques, chacun reconnaîtra les siens.




Mon avis :

J’ai découvert ce livre il a quelques jours car il était proposé dans le partenariat pocket nouvelles voix chez Bob. Un roman court, actuel et un peu cynique, je l’ai vu lors de ma visite à la médiathèque donc j’en ai profité pour le prendre.

Certes ça se lit vite, heureusement dirais-je, parce que c’est la seule chose qui a maintenu mon intérêt jusqu’au bout. Oui, c’est cynique et j’ai souri quelques fois mais autrement ce n’est que l’histoire d’un ado banal. Car à force de vouloir être original et d’avoir besoin de se faire remarquer pour exister, on devient aussi inintéressant et simplet que tous les autres. Bon après, on peut reconnaître que tout ce qui est dit dans ce roman est vrai pour la plupart des ados, c’est sûr. C’est ce qui se passe, mais ça n’en est pas moins cliché.

Donc pas une grande découverte pour un roman vite lu, vite oublié. Je ne regrette pas pour autant de l’avoir lu car il m’a tout de même fait esquisser quelques sourires.

Publié dans Romans contemporains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article