Campus, T.7 : Ambition - Kate Brian

Publié le par Mivava

Quatrième de couverture :

51ievN+Y+RL. SL500 AA300En devenant présidente de Billings, Reed savait que sa vie allait changer. Ce qu'elle n'avait pas prévu, c'est que cela précipiterait sa rupture avec Josh, et qu'on la tiendrait pour responsable de l'incendie accidentel d'un des plus vieux bâtiments d'Easton.
Bientôt la sentence de Cromwell tombe, et elle est irrévocable : la maison Billings doit fermer ses portes. Reed décide alors d'organiser une collecte de fonds à New York, sous la forme d'un gala dont les bénéfices serviront à la reconstruction du bâtiment détruit. Une soirée calmera les esprits et ne fera de mal à personne, à elle la première. Mais bientôt, la police revient à Easton pour lui poser des questions sur la mort de Cheyenne Martin. L'effervescence autour de la fête qui approche laisse place à une ambiance lourde, pleine de méfiance et de suspicion.



Mon avis :

Bon alors je poursuis cette série avec le septième tome mais mon avis va être un peu compliqué à faire et peut-être un peu confus. En fait il ne me restait qu’un malheureux chapitre à finir et le roman trainait depuis plus de 3 semaines donc mes impressions ne sont déjà plus toutes fraiches mais je vais essayer de me débrouiller avec ce qui reste.

Alors, alors, mon avis est un peu plus négatif qu’à l’habitude mais je vais commencer par un petit point positif. Ca faisait un bon moment que j’avais terminé le sixième tome quand je me suis plongée dans ce septième et pourtant je n’ai eu aucun mal à retourner dans l’univers de la saga. C’est assez prenant pour que l’attente entre les tomes ne nous fasse jamais complètement déconnecter. Au bout de quelques pages, j’étais à nouveau dans l’histoire et on a encore envie de voir ce qui va arriver (encore) à Reed. Sauf que … Justement. Ce « encore » me gêne de plus en plus. Je trouve que ça devient de moins en moins crédible parce qu’il arrive tellement de malheurs à Reed et ce, toujours avec un gros coup sur le coin du nez à la toute fin de l’ouvrage, que je me dis qu’on va vite tomber dans le pathos.

Franchement, je lisais le tome pendant les vacances d’été, en un début d’après-midi, je l’avais presque fini et quand je suis arrivée à THE moment dont je ne vous dirais rien, j’ai refermé le bouquin. J’aurais pu continuer sur ma lancée et le finir, il n’aurait pas pourri ouvert pendant 3 semaine, sauf que ça m’avait foutu mon après-midi en l’air, j’étais déprimée. Ca parait exagéré mais le nombre de péripéties dramatique l’est aussi. Note : Ne pas faire lire cette saga à un ado dépressif, risques de graves conséquences. L’auteur est sadique ! J’ai trouvé que là c’était le pompon tellement il arrivait de choses au protagoniste, pas un seul moment de joie et ce pendant plus de 350 pages, ça se lit vite, c’est écrit gros mais ça reste en travers de la gorge. J’ai aussi trouvé que ce tome comportait quelques longueurs qui n’étaient pas présentes d’habitude. Le rythme était un peu haché de « avalanche de drames » à « calme plat dépressif ». Dis comme ça, ça parait très, très négatif mais je déteste lire un livre triste, ça me démoralise.

 Autrement, l’histoire reste intéressante et, bien que je trouve Reed un peu nunuche et girouette, on continue à avoir une vraie empathie avec elle. J’ai cependant trouvé les autres personnages un peu fades, surtout Josh qui n’avait dans ce tome plus la moindre saveur. Du coup, les sentiments de Reed à son égard nous paraissent complètement idiots. Enfin, enfin, sinon j’ai remarqué un petit paradoxe. L’auteur a une sale manie de toujours terminer ces tomes sur une situation dramatique (oui, dramatique est le maitre mot de cet avis), dans le but évident de nous donner, à nous lecteurs, l’irrépressible envie de nous jeter sur la suite sous ce suspense de folie. Je me rends en fait compte que ça me frustre et m’énerve tellement que je n’ai aucune envie de lire la suite … Bon, c’est peut-être moi qui suis franchement bizarre (celui qui se moque du peut-être aura affaire à moi …) mais ça me rebute plutôt qu’autre chose parce qu’à la sortie de ce livre on a qu’une envie : lire un livre de Bisounours et pas se replonger dans la série.

Bon allez, j’ai tout de même passé un bon moment parce que c’est une série que j’apprécie et j’ai un poil exagéré parce que c’est un livre jeunesse, ce n’est pas un témoignage non plus ! Ceci-dit, j’espère que l’auteur va sortir du pathos pour un prochain tome un peu plus gai. Prochain tome qui est d’ailleurs déjà sorti, paru le 25 Aout et qui s’intitule Révélations, je compte évidemment me le procurer.

Publié dans Jeunesse

Commenter cet article

Elinor 04/11/2011 18:16



"(celui qui se moque du peut-être aura affaire à
moi …)"


Muahah x)



Mivava 04/11/2011 19:01



Oh ! ça fait tellement longtemps que j'ai écris l'avis que ... il pourissait dans mes dossiers.



Elinor 04/11/2011 13:51



Peut-être ?  *pars en courant*


Je connais pas du tout cette série et elle ne me tente pas du tout (oui tu me l'avais dit, mais faut bien que je mette quelque chose dans mon commentaire...) ! 



Mivava 04/11/2011 14:12



Hein ? Où Peut-être ? 
X) Je te connais hein Pigeonne, c'est sympa mais ça te plaira pas.