Beauté, T.1 : Désirs exaucés - Hubert & Kerascoët

Publié le par Mivava

Quatrième de couverture :
61KUBbd0BiL. SL500 AA300
Présent inestimable ou cadeau empoisonné, son incroyable beauté va-t-elle faire de Morue une princesse adulée ? Un conte de fée caustique et flamboyant, signé par Hubert et dessiné par Kerascoët.



Mon avis :

Pour ma deuxième opération Masse critique, spéciale BD cette fois-ci, beaucoup des bandes dessinées présentées me tentaient et j’avais eu la chance d’être sélectionnée pour celle-ci. Une bonne occasion de découvrir Hubert et Kerascoët et une série qui a l’air franchement prometteuse et originale.

Autant le dire tout de suite, ce fut une lecture agréable et pourtant j’en ressors malgré tout avec une pointe de déception. La quatrième de couverture mentionne « conte de fée caustique », j’avoue n’avoir pas vraiment vu le côté caustique … Enfin, j’exagère en disant ça. De notre point de vue d’adulte, on peut certes retrouver une critique de plusieurs comportements présents dans notre société. Je pense bien sur déjà au début du récit où Morue est rejetée à cause de son physique, on peut retrouver l’importance démesurée des apparences ou encore l’intolérance. Puis, quand Morue accède à la beauté, elle devient cette fois la « chose » pour laquelle tous les villageois se battent et fais preuve à son tour de l’intolérance qu’elle a subit. Après, nous avons le droit à une petite réflexion sur ce qu’est ou doit être le vrai amour … dit comme ça, ça a l’air hautement philosophique, pourtant, à la lecture de la BD j’ai trouvé qu’au final ça restait très superficiel et assez plat. J’aurais préféré quelque chose de plus virulent car là on reste finalement dans quelque chose de très naïf. Même chose pour le dessin. J’ai tout de même apprécié car les traits sont pleins de rondeurs et que c’est une chose que j’aime beaucoup, ceci dit j’ai aussi trouvé que les traits étaient naïfs, jolis mais un peu simplistes.

On retrouve malgré tout une certaine cruauté présente du début à la fin, entre les lignes, obligatoire dans tous les contes de fée. Sinon, la BD possède donc tous les aspects des contes traditionnels ce que j’ai adoré puisque je suis une fanatique des contes. On y retrouve bien sur une grosse inspiration de Cendrillon, très présent tout au long de l’histoire mais aussi un petit clin d’œil aux contes russes sur La princesse grenouille. Vous remarquerez que je résume l’histoire mais c’est pour appuyer au maximum mes dires étant donné qu’au final … je n’ai justement pas grand-chose à dire. J’ai franchement adoré le personnage de la fée Mab bien qu’on ne la voit pas tant que ça, j’ai trouvé les autres personnages complètement survolé. Ceci-ci, ça se lit vraiment très vite et tout de même avec un plaisir évidement. Pas magistral mais néanmoins sympathique, je pense que ce premier opus plante le décor et j’ose espérer que les autres seront plus fouillés et qu’on aura une vraie profondeur.

Un avis en demi-teinte donc, j’en attendais peut-être trop. Pourtant, ça reste une lecture courte et appréciable sachant que ce n’est qu’un premier tome. L’autre série d’Hubert et Kerascoët : Miss pas touche me tente aussi beaucoup et il y a de grandes chances que je plonge le nez dedans, d’autant que l’univers a l’air clairement plus adulte.

Je remercie donc sincèrement les éditions Dupuis et Babelio pour cette plaisante découverte.

Publié dans Bandes Dessinées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

clairdelune 16/07/2011 11:56



(je dis, je dis pas, je dis ? je dis pas... bon allez, tant pis !) Tu me tentes trop ! Mais, comme je ne suis pas trop BD, je crois qu'elle attendra encore loooongtemps avant d'être lue pour ma
part  merci quand même pour ta chronique (tant désirée depuis... euh... en fait, j'ai arrêté de compter  )



Mivava 16/07/2011 15:10



 Je suis machiavélique Niahaha !! Contente de te te donner envie et je pense que vous l'attende depuis ... oh 5
petits jours peut-être