Augmentation de la PAL au 26.02.11

Publié le par Mivava

Info de taille aujourd'hui ! Je vous l'avais annonçé dans le post de l'ancienne commande que j'avais fait il y a environ un mois, j'avais commandé le septieme tome de Campus. Et bien j'ai l'honneur de vous annoncer ... qu'il est enfin là. Campus, T.7 : Ambition de Kate Brian a rejoint mes étagères. Bon là il est devant moi, j'avoue. Pas que j'ai besoin du titre ou quoi hein, je connais, je suis une pro ... mais on va pas chipoter. Surtout qu'il y a deux raisons à cela :
1 ) C'est mieux d'avoir l'objet sous les yeux, y a pas à dire
2 ) J'avoue, j'ai, comme qui dirais, plus de place pour le ranger ... Hum mais je vais trouver une solution, il pourra bien se fourrer dans un petit coin. Juste que avec ma PAL qui monte petit à petit et ben ça deviens un peu critique.

51ievN-Y-RL._SL500_AA300_.jpgPassons sur ce blabla. Donc ! Ce septième tome qui s'est tant fait attendre, moins que le six toujours, est bien arrivé dans ma PAL et je le lirais surement dans ma longtemps. Surtout que ce genre de tome ne me dure généralement pas longtemps. Pour parler de l'objet-livre, il reste dans la lignée des six autres, cette fois sous le signe du violet. Auront-ils assez de couleurs pour tout les tomes ? Hum, hum. C'est ce que tout le monde se demande (n'est ce pas ? ...). Toujours est-il que je trouve l'illustration de couverture un peu moins réussie sur ce tome mais rien de bien grave. J'ai, par contre, eu le plaisir de constater que les tomes comportaient de plus en plus de pages au fil de la série. Celui-ci en compte un peu moins de 370 alors que les tomes 3, 4 et 5 n'en comptait que dans les 280 et un peu moins de 330 pour le dernier. Sur ces chiffres capitaux, je ferme cette petite parenthèse. J'ai donc hâte de lire ce septième tome et +1 dans ma PAL !

Donc, j'embraye sur une autre petite note avec beaucoup moins de blabla. Oui je disais que je fermais la parenthèse pas qu'il n'y en aurait pas une autre derrière hein ... Mais cette fois-ci allons à l'essentiel et on reste dans l'évolution de ma PAL. (Toujours vers le haut ceci-dit, pour mon plus grand plaisir désespoir). Je vais recevoir, dans le semaine qui vient ou celle d'après, deux partenariats. Tous les deux grâce à Karine du forum Club de lecture (dont vous avez pu voir la petite bannière apparaître à droite et pour lequel ce sera mes premiers partenariats)  et aux éditions Rivière Blanche ainsi que JC Lattès.

Angoisses-2.jpg
 Angoisses, Tome 2 de Kurt Steiner :
Trois classiques de l'épouvante réédités en version intégrale pour la première fois depuis 1956 :
LUMIERE DE SANG
Chassé par la grêle, un auto-stoppeur trouve refuge dans un étrange manoir baignant dans une éternelle lumière rouge...
DANS UN MANTEAU DE BRUME
Lors des nuits d'orage, un spectre terrifiant hante les côtes d'un petit village Normand...
MORTEFONTAINE
Dans un chateau isolé, noyé de brume, un jeune homme rencontre une très belle jeune fille issue d'un monde de légende...



 La porte aux oiseaux de Katie Hickman51hr8rL-LiL._SL500_AA300_.jpg
Constantinople, 1599. Une délégation de marchands anglais s'apprête à remettre au sultan une extraordinaire horloge mécanique, présent de la reine. Parmi eux, Paul Pindar porte depuis deux ans le deuil de sa fiancée Celia Lamprey, disparue en mer. Lorsqu'il apprend la présence, derrière les murs interdits du harem, d'une jeune femme ressemblant en tous points à son amour perdu, une quête impossible commence. La situation semble d'autant plus désespérée qu'au sérail une impitoyable lutte de pouvoir oppose la mère du sultan et sa favorite. Des siècles plus tard, Elizabeth Staveley, jeune universitaire, découvre un fragment de manuscrit concernant une belle captive. Tout de suite, elle se passionne pour cette histoire tombée dans l'oubli depuis quatre cents ans. Entre amours interdites et enquête historique, Katie Hickman nous livre une grande fresque romanesque, dans le monde envoûtant d'un harem ottoman.

Dernière petite note (bon vous en avez marre, je le sens ... pour ma plus grande trsitesse), je ferais mon récapitulatif du mois demain, 28 jours ça passe vite. Fini ? Et ben oui ! Tout ça de façon concise, je vais à l'essentiel moi, on peut le dire !

Commenter cet article